"A notre époque de confusion quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

jeudi 16 juillet 2009

Moine Mégaloschème Nil de la skite de Sora (1870): Prières à la Mère de Dieu pour chaque jour de la semaine



Prière à la Mère de Dieu: Jeudi

Qui peut dignement Te bénir Très Sainte Vierge, quelles lèvres sont capables de louer par des hymnes Ta majesté qui surpasse tout entendement? Très glorieux sont tous les mystères accomplis en Toi, ô Génitrice de Dieu, plus noble que la pensée et la parole.
À la beauté de Ta virginité et de Ta très radieuse pureté, les chérubins et les séraphins furent frappés de crainte; Car le miracle de l'enfantement sans corruption, ni la langue de l'homme ni celle des anges ne peut le dire. Par Toi l'Eternel Fils Unique de Dieu, Dieu le Verbe, a ineffablement pris chair, Il est né et a vécu parmi les hommes, et Toi Sa mère, Il T'a grandement magnifiée, Te révélant comme reine de toute la création, et pour nous comme le refuge du salut.
C'est pourquoi, tous ceux qui accourent sous Ta protection, quand ils sont assaillia par les diverses peines et souffrances, reçoivent de toi la consolation et la guérison en abondance et par toi, ils sont sauvés des dangers.
Car Tu es vraiment la Mère de tout ceux qui peinent et qui sont lourdement chargés, la joie des affligés, la guérisson des malades, la protection des jeunes gens, l'appui des vieillards, la gloire des justes, l'espoir de salut des pécheurs et le guide vers la repentance; car Tu aides toujours tous les êtres de Ta protection et Tu intercèdes pour tous ceux qui accourent vers toi avec foi et amour, ô Toute Bonne.
Aide-moi aussi, moi qui suis dans le désespoir à cause de mes actes, ô fervente Médiatrice du peuple chrétien: Intercède pour moi, afin que je ne périsse point, jusqu'à la fin dans les péchés, car je n'ai d'autre refuge et protection que Toi, Souveraine de ma vie: ne m'abandonne pas, ne me méprise pas, mais par les jugements que Tu connais, sauve-moi, car Tu es bénie pour les siècles des siècles vers. Amen!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Aucun commentaire:

Publier un commentaire