"A notre époque de confusion quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

mardi 21 janvier 2020

ACATHISTE A NOTRE MERE PARMI LES SAINTS GUDULE SAINTE PATRONNE DE BRUXELLES

Source:
Monastère de Pervijze 

Fête le 8/21 Janvier
Kondakion 1

Tu naquis dans une illustre famille du Brabant.* Dont les membres, comme un soleil spirituel aux rayons de sainteté,* Brillèrent dans l’Eglise par leur pieuse vie,* Te donnant de solides racines dans la foi orthodoxe.* Et nous, sur la terre des vivants, nous te chantons :

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Ikos 1

Fille des saints Witger et Amalberge,* Sœur de la sainte Martyre Reinelde,* Et de saint Emébert qui fut évêque de Cambrai,* Parente des saintes Pharaïlde et Ermentrude,* Tu vins au monde dans une véritable église domestique,* C’est pourquoi nous te clamons :

Réjouis-toi, fille d’une sainte famille !

Réjouis-toi, parente des saints de l’Eglise !

Réjouis-toi, qui naquis au sein de la Grâce !

Réjouis-toi, aurore de la vie en Christ !

Réjouis-toi, graine au Jardin du Paradis !

Réjouis-toi, qui connus les Cieux dès ce monde !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 2

Alors que tu étais dans le sein de ta mère,* Le Seigneur lui fit connaître quelle enfant de Dieu magnifique* Allait servir l’Eglise du Christ* Il annonça que ta vie serait courte mais édifiante,* Et ta génitrice remercia le Ciel en disant : Alléluia !

Ikos 2

Tu fus tenue sur les fonts baptismaux par ta tante sainte Gertrude* Et elle t’accueilla dans son monastère pour faire ton éducation dans la foi.* Marraine, elle devint ta mère spirituelle au couvent de Nivelle,* Où tu pris le chemin du salut en Christ dès ton jeune âge.* Emerveilléspar ta précocité, nous te chantons :

Réjouis-toi, bourgeon de vie spirituelle !

Réjouis-toi, beau rameau de l’Arbre de Vie !

Réjouis-toi, fleur d’immarcessible beauté !

Réjouis-toi, fruit de l’Eglise triomphante !

Réjouis-toi, racine stable de la foi !

Réjouis-toi, courtil d’inombrable vertus !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 3

Comme une ruche de prières aux pieuses abeilles,* Sous la guidance spirituelle de sainte Gertrude,* Le couvent de Nivelles élaborait le pur miel de la foi chrétienne.* Tu y fus nourrie abondemment,* Clamant sans discontinuer vers Dieu : Alléluia !

Ikos 3

Ascèse, prières et jeûnes incessants,* Pavèrent ta voie vers le Royaume dès l’enfance.* Par de saines lectures et de pieux entretiens,* Par la méditation des Saintes Ecritures,* Tu cheminas lentement vers la perfection. *Et nous, admirant ta persévérance, nous te clamons :

Réjouis-toi, forteresse de la prière !

Réjouis-toi, havre de l’oraison chrétienne !

Réjouis-toi, rempart orant contre le mal !

Réjouis-toi, phare qui éclaire les fidèles !

Réjouis-toi, lisière de la sainteté !

Réjouis-toi, borne claire du mysticisme !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 4

« Chaste de corps et d’esprit, affable envers tout le monde,* D’une prudence admirable, elle excellait aussi dans la patience,* L’humilité, la douceur et la piété, » dit la chronique qui relate ta vie édifiante,* Et nous remercions Dieu en disant : Alléluia !

Ikos 4

«  Semblable à l’abeille intelligente, elle renfermait dans la ruche de son cœur* Le suc des fleurs des vertus, pour en composer les rayons* De toutes sortes de bonnes œuvres »* Dit encore de toi la chronique que nous lisons avec admiration, en te louant  ainsi:

Réjouis-toi, admirable fille du Père !

Réjouis-toi, réceptacle saint de l’Esprit !

Réjouis-toi, disciple parfaite du Christ !

Réjouis-toi, pureté de la Toute Pure !

Réjouis-toi, notre modèle en cette vie !

Réjouis-toi, compagne des saints de l’Eglise !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 5

Lorsque Dieu rappela auprès de Lui sainte Gertrude de Nivelle,* Tu quittas alors le monastère sacré* Où tu avais reçu une excellente éducation chrétienne,* Te préparant dès le siècle pour l’éternité* Où l’on chante sans cesse vers Dieu : Alléluia !

Ikos 5

De retour auprès de tes parents Witger et  Amalberge,* Tu fus leur rayon de soleil spirituel,* Reflet du Soleil de Justice, notre Maître bien-aimé le Christ.* Ils ne se lassaient pas d’admirer les trésors de sagesse spirituelle* Que tu avais acquis auprès de sainte Gertrude,* Et les anges dans les cieux te clamaient :

Réjouis-toi, promesse incarnée du salut !

Réjouis-toi, icône de la vie mystique !

Réjouis-toi, tabernacle du christianisme !

Réjouis-toi, colonne de la Vérité !

Réjouis-toi, autel de la prière pure !

Réjouis-toi, vitrail de la Lumière unique !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 6

Sainte Reinelde, ta sœur, avait quitté ta famille* Pour se consacrer entièrement à Dieu dans la prière.* Toi aussi, tu te languissais de ce temps où tu pourrais également* Donner ta vie au Seigneur Tout-Puissant* Vers qui nous chantons : Alléluia !

Ikos 6

Tu restas dix années auprès de tes pieux parents,* Vivant comme au couvent  qui t’avait formée.* Vierge, tu te consacras au jeûne, à la prière et à l’ascèse,* Pratiquant l’aumône, et faisant par tes vertus que les anges s’exclamaient :

Réjouis-toi, encens d’agréable fragrance !

Réjouis-toi, cierge qui brûle devant Dieu !

Réjouis-toi, vivant lutrin des Ecritures !

Réjouis-toi, belle offrande perpétuelle !

Réjouis-toi, union de la foi et des œuvres !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 7

Tu fus assaillie de tentations sans nombre* Par l’Ennemi du genre humain,* Qui veut la mort spirituelle des enfants de la Sainte Eglise.* Mais par ton ascèse et tes oraisons incessantes,* Tu vainquis le Malin, et tu retrouvas la paix, en chantant vers Dieu : Alléluia !

Ikos 7

Tes parents Witger et Amalberge, ayant décidé de se retirer du siècle,* Ton père partant vers le monastère de Lobbes,* Ta mère devenant moniale au couvent de Maubeuge,* Tu répondis avec reconnaissance à l’appel de ton âme assoiffée de Dieu :* Ayant comme ta sœur, consacré une partie de tes biens à l’Eglise,* Tu te retiras à Moorsel, près de Ham pour y mener une vie dévote,* Et les saints du Ciel te chantèrent :

Réjouis-toi, trésor vivant de notre foi!

Réjouis-toi, qui choisis la meilleure part !

Réjouis-toi, qui cheminas vers le salut !

Réjouis-toi, qui quittas ce monde pour Dieu !

Réjouis-toi, qui menas une vie d’ascèse !

Réjouis-toi, fidèle épouse du Seigneur !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 8

Plongée dans la prière et menant une stricte ascèse,* Tu fus la providence des pauvres, des malheureux et des malades.* Dieu t’accorda le don insigne des miracles.* Ainsi, par ton intercession,  tu guéris l’enfant infirme d’une mère éplorée;*  Et imposant tes mains pures et chastes sur une lépreuse,* Tu lui rendis instantanément la santé,* Rendant grâces en disant : Alléluia !

Ikos 8

Ayant entendu parler de ces guérisons miraculeuses,* De nombreux êtres affligés vinrent vers toi* Pour recevoir consolation ou guérison des maux du corps, ou de l’âme.* Et nul ne fit appel en vain à ton intercession auprès du Dieu de miséricorde.* C’est pourquoi nous te louons en disant :

Réjouis-toi, consolation des affligés !

Réjouis-toi, vêtement de ceux qui sont nus !

Réjouis-toi, aide précieuse dans l’épreuve !

Réjouis-toi, abri ouvert dans les tourments !

Réjouis-toi, paix profonde venant du Ciel !

Réjouis-toi, intercession toujours présente !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 9

Tu te préparais depuis longtemps à rejoindre l’Epoux Céleste,* Auquel tu avais consacré toute ta vie, Lui faisant à chaque instant* L’offrande de ta vie par tes prières et ton ascèse. * Tu ne soupirais qu’après le Royaume des Cieux,* Considérant la terre des vivants comme le marchepied du Ciel* Où sans cesse on loue Dieu en chantant : Alléluia !

Ikos 9

Tu quittas ce monde après une courte maladie,* Laissant inconsolées, les âmes nombreuses que soutenait ta prière.* Une foule immense de pauvres manifesta par ses larmes incessantes* Sa reconnaissance pour tous les bienfaits que tu lui avais apportés.* Et nous, demandant à présent ta pieuse intercession, nous te louons en te disant :

Réjouis-toi, dont la prière fut une ancre !

Réjouis-toi,  dont la mort fut une naissance !

Réjouis-toi, qui passas dans l’Eternité !

Réjouis-toi, qui partis vers l’Epoux Céleste !

Réjouis-toi, voyageuse de l’oraison !

Réjouis-toi, qui atteignis le port béni !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 10

Elle est précieuse aux yeux du Seigneur la mort de Ses saints.* Ta mort, ou plutôt ta naissance au Ciel,* Accrut la ferveur qu’avaient les êtres à venir* Auprès de toi, chercher consolation et guérisons,* Avant de remercier Dieu de ton intercession en clamant vers Lui : Alléluia !

Ikos 10

Lorsque l’on porta ton corps en terre au village de Ham,* Un arbre proche de ta tombe se mit  fleurir au beau milieu de l’hiver.* Dieu voulut ainsi manifester par la beauté de la nature,* Ton ascèse et ta prière qui fleurirent en vertus chrétiennes,* Au milieu du monde où l’on te clame à présent :

Réjouis-toi, athlète superbe du Christ !

Réjouis-toi, qui combattis le bon combat !

Réjouis-toi, pèlerine du pieux Royaume !

Réjouis-toi, qui vaincquis ta nature humaine !

Réjouis-toi, moniale de cœur et d’esprit !

Réjouis-toi, qui fus un ange sur la terre !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 11

Quand on voulut transférer tes saintes reliques au Collège de Nivelle* On ne put le faire, comme si une force invisible ne le permettait pas.* Mais lorsque l’on décida de les porter à Moorsel,* La translation se fit sans obstacle, et l’on chanta vers Dieu : Alléluia !

Ikos 11

Tes précieuses reliques, source de guérisons,* Reposèrent longtemps dans la chapelle du Sauveur à Moorsel,* Où souventes fois, tu répandis ton âme pure en prière ardente.* Elles furent ensuite tranférées à Bruxelles, en l’église Saint-Géry.* Elles vinrent enfin en la cathédrale Saint-Michel,* Et on ajouta ton saint patronage à celui de l’archange,* Tandis que l’on t’acclamait ainsi :

Réjouis-toi, fontaine de la pure Grâce !

Réjouis-toi, accomplissement des prières !

Réjouis-toi, notre avocate auprès de Dieu !

Réjouis-toi, baume de guérison du Ciel !

Réjouis-toi, pur onguent de bénédiction !

Réjouis-toi, bon remède spirituel !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 12

Le Christ Ami des hommes, par ton intercession,* Accomplit de nombreux miracles sur la terre des vivants.* Le lieu de ton repos terrestre en Dieu* Fut comme une fenêtre ouverte sur le Royaume éternel,* Où l’on chante sans cesse vers Lui : Alléluia !

Ikos 12

Au siècle seizième de notre temps,* Les séides de l’hérésie délétère vinrent en la cathédrale,* La profanèrent d’une manière ignoble et blasphématoire ;* Ils s’emparèrent de tes saintes reliques,* Et les dispersèrent avec celles des autres saints qu’abritait le saint lieu.* Mais ils n’effacèrent pas ta sainte mémoire, car nous te disons toujours :

Réjouis-toi, car ta vénération demeure !

Réjouis-toi, ton renom traversa les siècles !

Réjouis-toi, car ta sainteté est pérenne !

Réjouis-toi, recours éternel dans l’épreuve !

Réjouis-toi, car ton aide nous est acquise !

Réjouis-toi, secours du Ciel sur notre terre !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 13

Depuis des siècles, avec le saint archange Michel* Tu veilles sur la ville de Bruxelles, et tu la protèges* Par ta précieuse intercession devant le Trône de Dieu.* Et l’assemblée des saints de Belgique chante avec toi vers le Seigneur : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! ( ce kondakion est dit 3 fois !)

Ikos 1

Fille des saints Witger et Amalberge,* Sœur de la sainte Martyre Reinelde,* Et de saint Emébert qui fut évêque de Cambrai,* Parente des saintes Pharaïlde et Ermentrude,* Tu vins au monde dans une véritable église domestique,* C’est pourquoi nous te clamons :

Réjouis-toi, fille d’une sainte famille !

Réjouis-toi, parente des saints de l’Eglise !

Réjouis-toi, qui naquis au sein de la Grâce !

Réjouis-toi, aurore de la vie en Christ !

Réjouis-toi, graine au Jardin du Paradis !

Réjouis-toi, qui connus les Cieux dès ce monde !

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !

Kondakion 1

Tu naquis dans une illustre famille du Brabant.* Dont les membres, comme un soleil spirituel aux rayons de sainteté,* Brillèrent dans l’Eglise par leur pieuse vie,* Te donnant de solides racines dans la foi orthodoxe.* Et nous, sur la terre des vivants, nous te chantons :

Réjouis-toi, ô sainte Gudule de Ham !



PRIERE A SAINTE GUDULE

Sainte Gudule, toi dont la vie fut consacrée à l’ascèse et à la prière,* Pour l’amour du Dieu de miséricorde et de Sa sainte Eglise,* Intercède pour nous auprès de Lui,* Afin que nous ayons le courage et la résolution *  D’imiter, ne serait-ce qu’à notre faible mesure, la ferveur de ton engagement,* Et le caractère sérieux et admirable de ta fidélité au Christ.*

Prie pour nous, avec la Mère de Dieu et tous les saints de la terre de Belgique,* Ainsi qu’avec les membres de ta sainte famille* Qui sont avec le Seigneur en Paradis,*  De nous aider à cheminer vers le Royaume Céleste* Du Père et du Fils et du Saint-Esprit, maintenant et toujours,* Et aux siècles des siècles,* Amen !
Acathiste écrit pour la gloire de Dieu
En l’honneur de notre Mère parmi les saints
Gudule,
Sainte Patronne de Bruxelles
(fête le 8/21 janvier)
Par
Claude Lopez-Ginisty
*
Fin et gloire à Dieu !

Racines Orthodoxes 8/21 janvier

8 janvier


Odoacre consultant saint Séverin

Ton 2

Tropaire à saint Séverin, apôtre du Norique,
(natalice en 482 A.D.)

Tu naquis en Orient où tu vécus en ermite,*
Puis tu vins en Occident pour y apporter*
La Lumière de l'Evangile du Seigneur.*
Tu apportas le Christ aux païens du Danube,*
Et tu devins ainsi l'apôtre du Norique.*
Saint Séverin, prie Dieu pour qu'Il sauve nos âmes!

+



Ton 3

Tropaire à sainte Peggy, ermite
(natalice en 719 A.D.)

Sur l'île de Crowland où vivait saint Guthlac,*
Tu allas t'établir pour vivre auprès de lui,*
Mais il ne te contacta qu'au temps de son trépas,*
Te promettant qu'au Ciel, vous seriez réunis.*
Tu vécus dans la prière, attendant le Christ,*
Sainte Peggy, implore le Seigneur pour nous!

+

Sainte Gudule
enluminure, Den Haag, KB, ms KA36, folio 125

Ton 4


Tropaire à sainte Gudule, vierge,
(Natalice en 712 A.D.)

Ta mère était la dévote sainte Amalberge,*
Eduquée par sainte Gertrude de Nivelles,*
Tu décidas de te consacrer au Seigneur.*
Tu retournas chez toi en vierge consacrée,*
Consacrant ta vie à la pure charité.*
Sainte Gudule, prie le Christ-Dieu pour nos âmes!

+

Autres Tropaires

Ton 2

Tropaire de sainte Gudule

Par amour véritable pour le Christ
Tu en es devenue l'illustre fiancée;
Demeurant vierge tu as connu la vraie joie
D'être en esprit la mère des indigents.
Aux misérables tu as voué ta sainte vie
Et dans les pauvres tu as vu l'image du Seigneur;
Sans cesse prie donc le Maître pour nous
Qui fêtons de tout coeur ta mémoire sacrée.

Ton 2
Kondakion de sainte Gudule

Dans le siècle tu as vécu la même vie
Que dans le cloître les moniales consacrées;
Sans voeu tu t'es acquittée de ton voeu:
Celui d'irradier autour de toi l'amour du Christ;
Et, pour ce qu'à ses moindres frères tu as fait,
Dans la lumière de Son Royaume Il t'a reçue;
Bienheureuse Gudule, intercède pour tous ceux
Qui vénèrent ta mémoire porteuse de Dieu.

in : "Saintes et Saints de Belgique au 1er millénaire,"
Editions Altaïr, BP 19, B-1420-Braine l'Alleud, Belgique

+





Ton 5

Tropaire à saint Lucien de Beauvais, martyr
(Natalice en 290 A.D.)

Venu depuis Rome pour prêcher l'Evangile,*
Tu parcourus la Gaule en semant le bon grain,*
Et tu t'installas dans la région de Beauvais,*
Où tu convertis un grand nombre de païens.*
Et tu donnas ta vie en martyr pour le Christ.*
Saint Lucien, prie-Le afin qu'Il sauve nos âmes!

+
+++++
+


Pour la date de la fête du saint, nous avons choisi la date du natalice (naissance au Ciel) plus traditionnelle dans l'Eglise Orthodoxe. Les tropaires de notre invention, sont rédigés en alexandrins non rimés, et peuvent se chanter sur les tons slaves habituels. Nous avons en Occident de nombreux intercesseurs locaux qui veillent aussi sur nous depuis des siècles. Beaucoup sont, hélas, complètement oubliés. Il est naturel que nous les célébrions conjointement avec les saints russes, grecs, serbes ou roumains qui ont ramené l'Orthodoxie sur nos terres. Souvent, les reliques bénies de ces saints abandonnés, ont, lorsqu'elles ont été vénérées et honorées d'une icône, manifesté la grâce de Dieu par le miracle du myrrhon.
Que les prières de nos pères dans la foi les saints orthodoxes d'occident, et celle de nos parrains spirituels les saints orthodoxes d'Orient agissant en synergie, nous conduisent au Royaume éternel du Père, du Fils et du Saint Esprit! Amen!

Claude Lopez-Ginisty

Je serais reconnaissant aux lecteurs qui ont connaissance d'icônes des saints mentionnés de me le faire savoir: claudelopezginisty@gmail.com

lundi 20 janvier 2020

Racines Orthodoxes 7/20 janvier

20 janvier

Saint Théau par Région Limousin

Buste-reliquaire de saint Théau

Ton 8

Tropaire à saint Théau, Apôtre de Tournai,
(Natalice en 702 A.D.)

Jeune Saxon païen, et vendu comme esclave,*
La Grâce te fit racheter par saint Eloi,*
Il te libéra, te baptisa, te fit prêtre,*
Et par lui, tu devins apôtre de Tournai,*
Puis solitaire tu attiras des disciples.*
Saint Théau, esclave du Christ, prie Dieu pour nous!


*





Ton 1

Tropaire à saint Valentinien, évêque de Coire,
(Natalice en 548 A.D.)

Tu fus un saint hiérarque en la ville de Coire,*
Tu poursuivis l'œuvre accomplie par saint Lucius*
Agrandissant la communauté qu'il fonda.*
Et créant un monastère bénédictin,*
Pour la gloire du Seigneur et de Son Eglise.*
Saint Valentinien intercède pour  nos âmes!

+
+++++
+


Pour la date de la fête du saint, nous avons choisi la date du natalice (naissance au Ciel) plus traditionnelle dans l'Eglise Orthodoxe. Les tropaires de notre invention, sont rédigés en alexandrins non rimés, et peuvent se chanter sur les tons slaves habituels. Nous avons en Occident de nombreux intercesseurs locaux qui veillent aussi sur nous depuis des siècles. Beaucoup sont, hélas, complètement oubliés. Il est naturel que nous les célébrions conjointement avec les saints russes, grecs, serbes ou roumains qui ont ramené l'Orthodoxie sur nos terres. Souvent, les reliques bénies de ces saints abandonnés, ont, lorsqu'elles ont été vénérées et honorées d'une icône, manifesté la grâce de Dieu par le miracle du myrrhon.
Que les prières de nos pères dans la foi les saints orthodoxes d'occident, et celle de nos parrains spirituels les saints orthodoxes d'Orient agissant en synergie, nous conduisent au Royaume éternel du Père, du Fils et du Saint Esprit! Amen!

Claude Lopez-Ginisty

Je serais reconnaissant aux lecteurs qui ont connaissance d'icônes des saints mentionnés de me le faire savoir: claudelopezginisty@gmail.com