"A notre époque de confusion quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 19 juillet 2009

Moine Mégaloschème Nil de la site de Sora (1870): Prières à la Mère de Dieu pour chaque jour de la semaine


Икона Божией Матери Феодоровская


Prière à la Mère De Dieu: dimanche

Très miséricordieuse Vierge, Génitrice de Dieu, Mère emplie de compassion et d'amour pour l'humanité, mon espoir bien-aimé et mon aspiration!
Ô Mère du Sauveur le plus doux et le plus désiré, Qui dépasse tout Amour, Jésus-Christ, Ami des hommes et mon Dieu, lumière de mon âme enténébrée!
Moi, le grand pécheur misérable, me prosternent devant Toi, à Toi je fais ma prière, ô source de la compassion, Vierge Marie, Qui as porté l'abîme de compassion et la profondeur de la miséricorde et de l'Amour pour l'humanité: je Te crie avec douleur, aie pitié de moi, aie pitié de moi, aie pitié de moi qui suis blessé, qui suis tombé entre des larrons brutaux, et qui suis, hélas, dépouillé du vêtement dont le Père m'avait revêtu.
C'est pourquoi je gis dépouillé de toute bonne action, mes blessures sont puantes et purulentes dans ma folie.
Ma Souveraine, Génitrice de Dieu, abaisse le regard sur moi, je T'en prie humblement, avec Tes yeux miséricordieux et ne me méprise pas, qui suis dans les ténèbres, la souillure, plongé tout entier dans la fange des passions, ayant chu gravement et incapable de me tenir debout.
Prends pitié de moi et tends-moi une main secourable, relève-moi des profondeurs du péché, ô ma joie! Délivre-moi de ceux qui m'encerclent; fais briller Ta face sur Ton serviteur, sauve ceux qui périssent, purifie ceux qui sont souillés, relève ceux qui sont tombés gravement: car Tu peux tout, étant la Mère du Dieu Tout-Puissant.
Verse sur moi l'huile de Ta compassion et accorde-moi de déborder du vin de la componction, car je T'ai acquise comme seul véritable espoir de ma vie, ne Te détourne pas loin de moi qui accours vers Toi, mais vois ma peine, ô Vierge, et le désir ardent de mon âme et accepte cette prière, et sauve-moi, ô Toi la Médiatrice de mon salut. Amen!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Aucun commentaire:

Publier un commentaire