"A notre époque de confusion quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

lundi 23 février 2009

Saint Nicolas d'Ochrid: Prière de bénédiction des ennemis


Icon of St. Nikolai (Velimirovich) of Ochrid and Zicha, Serbia

Bénis mes ennemis, ô Seigneur! Même moi, je les bénis et je ne les maudis pas! Les ennemis m'ont conduit dans Tes bras, plus que les amis ne l'ont fait. Les amis m'ont attaché à la terre, les ennemis m'ont délivré de la terre et ont détruit toutes mes aspirations dans le monde.

Les ennemis ont fait de moi un étranger aux choses du monde. Comme l'animal que l'on chasse trouve un abri plus sûr qu'un animal qui n'est pas poursuivi par les chasseurs,  persécuté par les ennemis, j'ai trouvé, moi, le plus sûr des sanctuaires, m'étant mis à l'abri sous Ton Tabernacle, où ni les amis, ni les ennemis ne peuvent mettre mon âme à mort.

Bénis mes ennemis, ô Seigneur! Même moi, je les bénis et je ne les maudis pas!

Ils ont, alors que je ne le fais point, confessé mes péchés devant le monde.
Ils m'ont puni alors que j'hésitais à me punir.
Ils m'ont tourmenté, à chaque fois que je tentais de fuir les tourments.
Ils m'ont réprimandé, à chaque fois que je m'adonnais à la flatterie.
Ils ont craché sur moi, à chaque fois que j'étais plein d'arrogance.

Bénis mes ennemis, ô Seigneur! Même moi, je les bénis et je ne les maudis pas!

Quand je me suis fait sage,
Ils m'ont dit fou.
Quand je me suis fait puissant,
Ils se sont moqués de moi comme d'un nain.
Quand j'ai voulus diriger les hommes,
Ils m'ont repoussé en arrière.
Quand j'avais hâte de m'enrichir,
Il m'en ont empêché d'une main de fer.
Quand j'ai pensé que je pouvais dormir paisiblement,
Ils m'ont tiré de mon sommeil.
Quand j'ai tenté de bâtir une maison,
Pour y vivre une vie longue et paisible,
Ils l'ont démolie et m'ont jeté dehors.

En vérité mes ennemis m'ont libéré du monde,
Et ils ont fait que mes mains se tendent
Vers le bord de Ton vêtement.

Bénis mes ennemis, ô Seigneur! Même moi, je les bénis et je ne les maudis pas!

Bénis-les et multiplie-les;
Multiplie-les et fais qu'ils soient encore plus amèrement contre moi:
Afin que ma fuite vers Toi n'ait pas de retour;
Afin que mon espérance dans les hommes soit écartée,
Comme l'on écarte des toiles d'araignée;
Afin qu'une sérénité absolue puisse commencer à régner dans mon âme;
Afin que mon cœur devienne la tombe
De mes deux jumeaux ennemis: l'arrogance et la colère;
Afin que je puisse amasser pour moi un trésor dans les cieux...

Ah, puissè-je pour une fois, être libéré de mon aveuglement qui m'a emprisonné dans la toile terrible de cette vie illusoire. Les ennemis m'ont appris à connaître ce que peu de gens connaissent, c'est-à-dire que personne n'a d'autre ennemi au monde que lui-même.

On déteste ses ennemis seulement quand on ne peut réaliser qu'ils ne sont pas des ennemis, mais des amis cruels. Il est en vérité très difficile pour moi de dire qui m'a fait le plus de bien et qui m'a fait le plus de mal dans ce monde: les amis, ou les ennemis?

C'est pourquoi je Te demande Seigneur de bénir à la fois mes amis et mes ennemis.

Un esclave maudit les ennemis, car il ne comprend pas.
Mais un fils les bénit, car il comprend.
Car un fils sait que ses ennemis ne peuvent toucher sa vie.
C'est pourquoi il chemine librement parmi eux,
Et prie Dieu pour eux.

Bénis mes ennemis, ô Seigneur! Même moi, je les bénis et je ne les maudis pas!

Amen!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

Aucun commentaire:

Publier un commentaire