"A notre époque de confusion quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 20 avril 2014

ACATHISTE A NOTRE PERE PARMI LES SAINTS FURSY DE LAGNY


Kondakion 1
Tu naquis en terre d’Irlande, illustre rejeton de Gelgès, ta mère, fille du roi Aedfind* Et du fils du roi Finloga, Fintan, ton père,* Qu’elle convertit au christianisme.* Aedfind découvrant qu’elle était secrêtement devenue chrétienne,* La condamna au bûcher avec toi, l’enfant qu’elle portait en son sein.* Mais les flammes furent éteintes soudain* Par une pluie miraculeuse tandis qu’une voix condamnait la cruauté d’Aedfind.* Le roi bannit alors ta mère qui se réfugia sur une île du Lac d’Orbsen,* D’où saint Brendan dirigeait  le monastère voisin de Clunaferte.* Et les hôtes célestes connaissant les secrets de la vie en Dieu s’exclamèrent:
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Ikos 1
Tes parents furent accueillis par Brendan, le grand saint voyageur.* Le jour même de leur arrivée en exil sur l’île, une grande Lumière* Illumina fortement la chambre où tes parents logeaient,* Annonçant au monde ta faveur auprès du Dieu Trine.* A ta naissance, tu fus baptisé par saint Brendan, et nommé Fursy.* Et le temps passant, devant les signes de ta piété enfantine,* Il te fit élever dans le monastère de Clunaferte, où tu atteignis l’âge adulte* Progressant rapidement dans la connaissance de Dieu et la pratique des vertus.* Tu fis bientôt ta profession monastique, et l’on te chante à présent:
Réjouis-toi, branche entée au pur monachisme,
Réjouis-toi, arbrisseau qui sera forêt,
Réjouis-toi, branche qui s’élève vers Dieu,
Réjouis-toi, floraison de la sainte ascèse,
Réjouis-toi, promesse de fruits pour le Christ,
Réjouis-toi, arbre où beaucoup s’abriteront,
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 2
Tu t’adonnas alors à la prédication auprès des nombreux païens* Qui peuplaient encore l’Irlande.* Mais l’Ennemi du genre humain suscita la jalousie parmi les moines qui étaient auprès de toi,* Et ils commencèrent à t’insulter, à te calomnier et à te maltraiter.* Alors, avec la permission de saint Brendan, tu te retiras sur l’île de Ratimah.* Ce fut sans doute par la Providence de Dieu, car, attirés par la sainteté de ta vie,* De nombreux et nobles jeunes gens, vinrent se ranger sous ta gouvernance spirituelle en chantant vers Dieu: Alléluia !

Ikos 2
Sur l’île de Ratimah, tu bâtis un nouveau monastère,* Où, comme le dit la Tradition tu vécus avec tes moines comme un archange parmi les anges.* Et là, te  rendirent visite avec leur noblesse, les rois Brendin, Féradrach,* Et même ton grand-père Aedfind, qui, s’agenouillant devant toi son petit-fils,* Se repentit d’avoir chassé ta mère de son royaume lorsque tu étais dans son sein.* Il voulut aussi rejoindre le bercail salvifique de l’Eglise, et il demanda le baptême.* Emerveillés par ton rayonnement, nous clamons vers toi:
Réjouis-toi, meneur d’hommes vers le Seigneur,
Réjouis-toi, guide fervent vers le Royaume,
Réjouis-toi, phare qui éclaire la Voie,
Réjouis-toi, missionnaire du Roi de Gloire,
Réjouis-toi, aube du salut pour beaucoup,
Réjouis-toi, rayon du Soleil de Justice,
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 3
Le roi Aedfind aurait aimé ramener sa fille et son gendre en son royaume,* Mais le roi Finloga venant de mourir, son fils devait lui succéder,* Ainsi tes parents partirent, et tu redoublas de ferveur et d’ascèse au Nom du Christ.* Tu te retirais parfois en solitude pour mieux prier,* Ou bien pour  évangéliser les contrées voisines encore captive des ténèbres de l’ignorance païenne.* Mais un jour, prêchant dans le pays de ton père, tu tombas malade et tu fus ramené dans ton monastère en chantant: Alléluia !

Ikos 3
C’est alors que tu vécus une grande expérience spirituelle:* Dieu offrit à ton âme la vision du Ciel et de ses merveilles spirituelles.* Des anges te firent voir les quatre feux  qui embrasaient le monde des vivants et qui perdaient les chrétiens :* L’infidélité spirituelle, la convoitise des richesses du monde au détriment des trésors des Cieux,* L’esprit de dissension, et la dureté de cœur vis à vis du prochain.* Tu fus ainsi grandement enseigné par faveur divine, et nous te chantons à présent:
Réjouis-toi, qui eus des visions ineffables,
Réjouis-toi, qui revins du futur séjour,
Réjouis-toi, qui gravas tout dans ton esprit,
Réjouis-toi, qui visitas le pays des âmes,
Réjouis-toi, voyageur dans le Paradis,
Réjouis-toi, doux pèlerin de l’au-delà,
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 4
Tu entendis les anges chanter les versets du Psalmiste:* « Les saints iront de vertu en vertu. »* Et le trisaghion: «Saint, saint, saint, le Seigneur Sabbaoth!»* Comme notre Père Abraham, à la chênaie de Mambré,* Tu vis en trois anges, la figure parfaite de la Trinité.* Les deux saints hiérarques Béodan et Meldan, t’apparurent également, qui t’instruisirent par une vision* Des calamités qui attendaient le monde, et ils te pressèrent de prêcher* La pénitence, non seulement au peuple, mais également aux évêques de l’Eglise,* Et aux princes de ce monde vain qui allait à sa perdition.* Tu vis un damné, et cette image comme avec du feu se grava sur ton épaule,* Pour que tu n’oublies pas le Jugement Redoutable,* Et que  tu chantes sans cesse vers Dieu: Alléluia !

Ikos 4
Revenu de ta vision céleste, et par Grâce divine guéri,* Tu t’employas à prêcher le Saint Evangile avec plus de ferveur encore.* Douze années entières, tu allas porter la Bonne Nouvelle dans les royaumes d’Irlande, d’Ecosse et d’Angleterre.* Par la force de ta paroles greffée sur le Verbe de Dieu,* Païens et idolâtres abandonnèrent leurs ténèbres profondes* Pour avancer dans la Sainte Lumière du Christ-Dieu.* Ainsi tu gagnas au Seigneur et à Son Eglise, le roi Sigisbert de l’Anglie Orientale.* Admirant ton zèle apostolique, nous te disons:
Réjouis-toi, orateur du Verbe Divin,
Réjouis-toi, prédication très salvatrice,
Réjouis-toi, conversion des indifférents,
Réjouis-toi, foi de ceux qui cherchent la Voie,
Réjouis-toi, illuminateur des aveuglés,
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 5
Par la générosité du roi Sigisbert devenu chrétien,* Tu érigeas à Cnobbersburg dans le Suffolk,* Un grand monastère qui devint comme un phare conduisant au bon port du salut.* Alors, de nombreux disciples attirés par ton rayonnement vinrent à la vie monastique,* Et tu restas quelques temps avec eux pour les guider spirituellement vers le Royaume du Maître de l’Univers,* En chantant vers Lui à pleine voix: Alléluia !

Ikos 5
Ta piété insigne se manifestait en tous temps,* Mais elle était plus particulièrement remarquable lors des fêtes liturgiques.* Ta générosité vis-à-vis des pauvres était telle que tes moines craignaient pour leur subsistance.* Mais tu leur montras ta grande foi et l’immense bonté de Dieu,* Lorsque, ayant semé dans une des terres du monastère,* Une moisson miraculeuse apparut quelques jours après.* Rendant grâces à Dieu de les avoir confiés à un tel higoumène, les moines te louèrent en disant:
Réjouis-toi, manne de tous ceux qui sont pauvres,
Réjouis-toi, vêture de ceux qui sont nus,
Réjouis-toi, guérison de tous les malades,
Réjouis-toi, apaisement des affligés,
Réjouis-toi, sûr recours des désespérés,
Réjouis-toi, onguent sur l’âme des blessés,
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 6
Voulant vivre en plus grande solitude avec Dieu,* Tu résignas ta fonction d’higoumène de ton monastère,* Et tu confias la charge de sa gouvernance spirituelle à saint Foillan.* Pour le seconder, tu laissas avec lui deux prêtres remarquables,* Puis tu partis avec ton second frère, saint Ultan, qui était ermite.* Et avec lui dans l’ascèse et l’oraison, une année entière* Tu louas Dieu en chantant vers Lui: Alléluia !

Ikos 6
Mais le Malin te força à quitter la Grande Bretagne.* Le Roi Penda de Mercie se mit en guerre contre le souverain d’Anglie Orientale,* Tu partis en terre de France où tu accomplis sur ton passage des miracles insignes.* Chassant les démons, guérissant les malades consolant les affligés,* Apportant à tous, sans faire acception de personne,* Les secours de la religion d’Amour, et l’espérance du salut en Christ,* Semant sur tes pas le bon grain des futures moissons chrétiennes.* Ta renommée s’étendit au-delà du lieu de ta naissance et nous te chantons:
Réjouis-toi, père aimant pour tous tes enfants,
Réjouis-toi, fils bien aimé de la Très Pure,
Réjouis-toi, demeure du Très Saint Esprit,
Réjouis-toi, icône du Christ sur la terre,
Réjouis-toi, secours des âmes en détresses,
Réjouis-toi, prêtre admirable du Seigneur,
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 7
En terre de France, tu accomplis de nombreux miracles.* Montrant aux chrétiens du lieu que les temps apostoliques de la Grâce, n’étaient point révolus,* Car, sur ton chemin, il semblait que par ta belle prédication et tes saintes prières,* Le Royaume était toujours présent,* Et se manifestait dans la liesse des guérisons des âmes et des corps.* Et le peuple s’écriait avec reconnaissance vers le Dieu d’Amour, Ami des hommes: Alléluia !

Ikos 7
Dans le Ponthieu, renouvelant le miracle du Christ pour son ami Lazare,* Par ta prière ardente au Seigneur, tu ressuscitas le fils du Duc Haymon.* Celui-ci, frappé d’émerveillement et devant l’extraordinaire Grâce de cette résurrection,* Voulut à tout prix te garder auprès de lui.* Mais tu devais poursuivre ton chemin, et tu le quittas en lui promettant de venir l’informer* De ta naissance au Ciel, lorsque ce temps béni serait venu.* Devant ta grande audace au trône du Christ, nous te clamons :
Réjouis-toi, intercession qui nie la mort,
Réjouis-toi, bonté qui émane du Christ,
Réjouis-toi, averse de Grâce sur terre,
Réjouis-toi, canal de la miséricorde,
Réjouis-toi, réceptacle du Saint-Esprit,
Réjouis-toi, thaumaturge du Dieu Très Haut
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 8
Poursuivant ton apostolat, tu parvins à Paris* Où le Roi Clovis II et son épouse sainte Bathilde, t’accueillirent avec révérence et honneur.* Ils te confièrent aux bons soins d’Erchinoald, leur maire du Palais,* Et celui-ci fut si impressionné par tes paroles sur le monachisme,* Qu’il voulut que tu baptises son fils au château de Péronne.* Il te fit construire un oratoire près de ce lieu sur le Mont-des-Cygnes,* Et sachant que tu voulais fonder un monastère en Neustrie,* Il te fit accompagner pour que tu choisisses, pour ce faire, des terres sur son domaine.* Alors tu remercias Dieu en clamant vers Lui: Alléluia !

Ikos 8
Sur les terres d’Erchinoald, tu choisis le lieu de Lagny-en-Brie, près de Chelles.* Grâce à la grande générosité de ce bienfaiteur, du Roi Clovis II et de sa sainte épouse Bathilde,* Tu pus bâtir un monastère et trois chapelles,* Où sous la règle de saint Benoît, Patriarche admirable des moines orthodoxes d’Occident,* Tu assemblas bientôt un grand nombre de caloyers.* Avec eux, citoyens du Ciel à présent, nous te louons ainsi:
Réjouis-toi, bâtisseur des maisons de Dieu,
Réjouis-toi, pont entre la terre et le Ciel,
Réjouis-toi, arc-en-ciel du saint monachisme,
Réjouis-toi, gloire insigne de la prêtrise,
Réjouis-toi, incarnation de la prière,
Réjouis-toi, fierté de l’Eglise des Gaules,
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 9
Dans ton monastère sacré, sous ta houlette,* La vie monastique s’organisa promptement.* Anges sur la terre des vivants, tes moines partirent à la conquête du salut par la prière et l’ascèse.* Plantant ton bâton d’higoumène en terre, tu fis jaillir une source,* Et les malades vinrent y trouver la guérison de leurs maux corporels et spirituels.* Et ils remercièrent le Dieu de miséricorde en Lui chantant: Alléluia !

Ikos 9
La charité et la ferveur d’Erchinoald envers toi, ne connaissaient pas de bornes,* Car il voulait participer à sa mesure, à l’œuvre pie que tu accomplissais:* Il vint à Lagny et t’annonça qu’il allait ériger pour toi un second monastère.* Et il le fit sur une montagne proche de Péronne, et ce lieu devint ensuite* Le monastère du Mont-Saint-Quentin où vinrent se mettre sous ta guidance spirituelle* De pieux moines que tu avais formés en terre d’Irlande.* Parmi eux était saint Emilien, que tu avais mené sur la voie du Christ.* Admirant ton zèle pour le monachisme, nous te chantons:
Réjouis-toi, astre de la vie monastique,
Réjouis-toi, beau modèle des higoumènes,
Réjouis-toi, meneur des âmes vers le Christ,
Réjouis-toi, paradigme de tempérance,
Réjouis-toi, mesure de la chasteté,
Réjouis-toi, tabernacle de la piété,
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 10
Lorsque tu voulus aller en Angleterre rendre visite à saint Foillan à qui tu avais confié la charge de Cnobbersburg,* Venu d’Irlande, ton disciple saint Emilien, te remplaça comme higoumène à Lagny.* Parvenu à Mézerolles, domaine que t’avait jadis donné le comte Haymon, la maladie t’immobilisa.* Le Roi Clovis II et Erchinoald vinrent aussitôt à ton chevet.* Tu rejoignit ton Maître bien aimé en clamant: Alléluia !

Ikos 10
Tu avais promis au duc Haymon de lui annoncer ton natalice, et tu le fis.* Alors qu’il mangeait au milieu de convives,* Avec deux compagnons qui tenaient des cierges allumés,* Tu apparus à lui seul, revêtu d’habits liturgiques resplendissants.* Aussitôt, il quitta sa table et s’en fut pour te rendre les honneurs.* Arrivé devant tes saintes reliques, il y vit tous les clercs assemblés qui chantaient pour toi vers Dieu:
Réjouis-toi, illustration de l’Evangile,
Réjouis-toi, étoile au cieux du monachisme,
Réjouis-toi, borne lumineuse de foi,
Réjouis-toi, infatigable voyageur,
Réjouis-toi, toujours en chemin vers le Christ,
Réjouis-toi, marche inlassable vers le Ciel,
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 11
Saint père Fursy, disciple parfait du Christ dans tous tes actes,* Tu avais combattu le bon combat et tu étais parvenu enfin au but ultime de ton ascèse.* Comme le vieillard Syméon de l’Evangile, Dieu te permit de partir en paix selon Sa Parole,* Car sur terre tu étais déjà un ange dans la chair,* Une prière incessante incarnée dans un corps qui entrainait ton âme vers les Cieux,* En chantant sans cesse vers Lui: Alléluia !

Ikos 11
Alors ton corps précieux fut comme un morceau de pain* Que les carpes d’un étang cherchent à s’approprier.* Tous les seigneurs voulurent posséder tes saintes reliques.* Ne voulant pas ensanglanter ces instants où tu trouvais enfin la paix du Christ,* On s’en remit au jugement de Dieu:* Un chariot attelé de deux bœufs portant ta bonne dépouille,* Devait en s’arrêtant déterminer où tu devais demeurer.* Mais le Comte de Laon, fit remplacer les bœufs* Par deux petits enfants qui emportèrent le chargement de grâce jusques  aux Mont-des-Cygnes de Péronne.* Et le peuple de Dieu chanta:
Réjouis-toi, dont la mort fut une naissance,
Réjouis-toi, qui acquis l’Esprit pour ton âme,
Réjouis-toi, qui fus accueilli par les saints,
Réjouis-toi, serviteur accompli de Dieu,
Réjouis-toi, qui rejoignis le Maître Saint,
Réjouis-toi, qui reçus du Christ la couronne,
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 12
En attendant que soit construite l’église qui devait un jour porter ton nom,* Tes reliques restèrent à l’abri d’une tente,* Elles y demeurèrent sans montrer le moindre signe de corruption.* Vingt-cinq jours plus tard, lorsque saint Eloi et saint Aubert vinrent consacrer ce temple,* On ouvrit ton cercueil et on trouva ton corps intact.* Leutsinde, épouse du Comte de Laon, qui lui avait reproché de dilapider sa fortune pour abriter les restes d’un inconnu,* Fut frappé soudain de cécité, mais elle demanda ton intercession et recouvra la vue en disant: Alléluia !

Ikos 12
Les deux saints hiérarques, portèrent ton corps derrière l’autel consacré à saint Pierre,* Et dès lors, de nombreux miracles eurent lieu,* Car tes saintes reliques, qui de ton vivant, étaient avec ton âme comme une ancre dans le Ciel* Furent une source abondante et incessante de bénédictions de Dieu.* Sans cesse les malades étaient guéris par ton intercession,* Et remerciant le Seigneur pour la fervente intercession de Son serviteur, ils te disaient:
Réjouis-toi, qui poursuivis ton œuvre en Dieu,
Réjouis-toi, qui montras que la mort n’est point,
Réjouis-toi, hôte saint de l’Eternité,
Réjouis-toi, fidèle intendant du Royaume,
Réjouis-toi, fontaine de bénédictions,
Réjouis-toi, notre aide prompte auprès du Christ,
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 13
Quatre années passèrent, emplies de grâces et de miracles accomplies par ta prière,* Et saint Eloi de Noyon, accompagné de saint Aubert de Cambrai,* Vint pour l’invention de tes saintes reliques,* Et ils découvrirent que ton corps était toujours incorrompu.* Le bon saint Eloi, orfèvre accompli et renommé,* Fit pour toi une châsse dans laquelle on te mit,* Avant de te déposer sur le grand autel de l’église.* Saint Foillan et saint Emilien, higoumène de Lagny,* Assistèrent à cette translation et chantèrent à Dieu: Alléluia! Alléluia! Alléluia! ( Ce kondakion est dit trois fois !)

Ikos 1
Tes parents furent accueillis par Brendan, le grand saint voyageur.* Le jour même de leur arrivée en exil sur l’île, une grande Lumière* Illumina fortement la chambre où tes parents logeaient,* Annonçant au monde ta faveur auprès du Dieu Trine.* A ta naissance, tu fus baptisé par saint Brendan, et nommé Fursy.* Et le temps passant, devant les signes de ta piété enfantine,* Il te fit élever dans le monastère de Clunaferte, où tu atteignis l’âge adulte* Progressant rapidement dans la connaissance de Dieu et la pratique des vertus.* Tu fis bientôt ta profession monastique, et l’on te chante à présent:
Réjouis-toi, branche entée au pur monachisme,
Réjouis-toi, arbrisseau qui sera forêt,
Réjouis-toi, branche qui s’élève vers Dieu,
Réjouis-toi, floraison de la sainte ascèse,
Réjouis-toi, promesse de fruits pour le Christ,
Réjouis-toi, arbre où beaucoup s’abriteront,
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

Kondakion 1
Tu naquis en terre d’Irlande, illustre rejeton de Gelgès, ta mère, fille du roi Aedfind* Et du fils du roi Finloga, Fintan, ton père,* Qu’elle convertit au christianisme.* Aedfind découvrant qu’elle était secrêtement devenue chrétienne,* La condamna au bûcher avec toi, l’enfant qu’elle portait en son sein.* Mais les flammes furent éteintes soudain* Par une pluie miraculeuse, tandis qu’une voix condamnait la cruauté d’Aedfind.* Le roi bannit alors ta mère qui se réfugia sur une île du Lac d’Orbsen,* D’où saint Brendan dirigeait  le monastère voisin de Clunaferte.* Et les hôtes célestes connaissant les secrets de la vie en Dieu s’exclamèrent:
Réjouis-toi, saint père Fursy de Lagny !

PRIERE A SAINT FURSY

Ô notre père Fursy, toi qui fus jugé digne par le Seigneur de voir le Paradis,* Fais que par tes saintes prières devant le trône de Dieu,* Nous puissions progresser sur la Voie du Salut,* Eviter les ornières et les ronces du péché,* Nous repentir sincèrement de toutes nos transgressions,* Et, que par la grande Mercy du Sauveur, de Sa Mère Toute Pure, et de tous les saints,* Nous soit accordé la grande Grâce de suivre, à notre faible mesure de pécheurs impénitents,* Le chemin de salut qui conduit au Royaume du Père, et du Fils, et du Saint Esprit,* Et maintenant, et toujours, et aux siècles des siècles, amen !

Acathiste composé pour la gloire de Dieu
et
De notre Père parmi les saints
Fursy de Lagny
Par 
Claude Lopez-Ginisty

Racines orthodoxes 7/20 avril

Fête de saint Calliope, martyr

+


Ton 4
Tropaire à saint Chrétien de Douai,
(Natalice aux premiers siècles)

Prêtre admirable du Maître de toutes choses,*
Tu étais l'amour chrétien et la charité incarnés.*
T'adonnant au bien sur la terre des vivants,*
De ton passage resta le seul souvenir*
D'une vie pure et offerte pour le Royaume.*
Saint Chrétien, intercède pour notre salut!

+
+++++
+


Pour la date de la fête du saint, nous avons choisi la date du natalice (naissance au Ciel) plus traditionnelle dans l'Eglise Orthodoxe. Les tropaires de notre invention, sont rédigés en alexandrins non rimés, et peuvent se chanter sur les tons slaves habituels. Nous avons en Occident de nombreux intercesseurs locaux qui veillent aussi sur nous depuis des siècles. Beaucoup sont, hélas, complètement oubliés. Il est naturel que nous les célébrions conjointement avec les saints russes, grecs, serbes ou roumains qui ont ramené l'Orthodoxie sur nos terres. Souvent, les reliques bénies de ces saints abandonnés, ont, lorsqu'elles ont été vénérées et honorées d'une icône, manifesté la grâce de Dieu par le miracle du myrrhon.

Que les prières de nos pères dans la foi les saints orthodoxes d'occident, et celle de nos parrains spirituels les saints orthodoxes d'Orient agissant en synergie, nous conduisent au Royaume éternel du Père, du Fils et du Saint Esprit! Amen!



Claude Lopez-Ginisty

Je serais reconnaissant aux lecteurs qui ont connaissance d'icônes des saints mentionnés de me le faire savoir: claudelopezginisty@gmail.com

samedi 19 avril 2014

Racines orthodoxes 6/19 avril

19 avril

Fête des saints Cyril et Méthode

+

Fichier:Celestine1pope.jpg


Ton 3
Tropaire à saint Célestin 1er,
Pape orthodoxe,
(Natalice en 432 A.D.)

Diacre aux côtés de saint Ambroise de Milan,*
Tu succédas à Boniface comme pape*
Tu combattis en faveur de l'Orthodoxie,*
Condamnant le nestorianisme et pélagisme,*
Et tu rejoignis pasiblement le Royaume.*
Saint Célestin, supplie Dieu de sauver nos âmes!

+


Ton 5
Tropaire à saint Gennard, moine,
(Natalice en 720 A.D.)

Ami de saint Ansbert, évêque de Rouen,*
Tu vécus au monastère de Fontenelle,*
Tu rencontras saint Wandrille qui te fit prêtre,*
Et tu aidas saint Ansbert dans son ministère*
Avant de partir au monastère de Flay.*
Saint Gennard, prie le Christ d'avoir de nous mercy!

+


Ton 7
Tropaire à saint Vinebaud, higoumène,
(Natalice en 623 A.D.)

Fils chrétien d'une famille gallo-romaine,*
Tu partis vivre comme ermite près de Troyes,*
Mais ta renommée te fit nommer higoumène*
Par Gallomagnus le hiérarque de ce lieu.*
Et tu finis ta vie dans la paix du Seigneur.*
Saint Vinebaud, prie le Christ pour notre salut!

+
+++++
+


Pour la date de la fête du saint, nous avons choisi la date du natalice (naissance au Ciel) plus traditionnelle dans l'Eglise Orthodoxe. Les tropaires de notre invention, sont rédigés en alexandrins non rimés, et peuvent se chanter sur les tons slaves habituels. Nous avons en Occident de nombreux intercesseurs locaux qui veillent aussi sur nous depuis des siècles. Beaucoup sont, hélas, complètement oubliés. Il est naturel que nous les célébrions conjointement avec les saints russes, grecs, serbes ou roumains qui ont ramené l'Orthodoxie sur nos terres. Souvent, les reliques bénies de ces saints abandonnés, ont, lorsqu'elles ont été vénérées et honorées d'une icône, manifesté la grâce de Dieu par le miracle du myrrhon.
Que les prières de nos pères dans la foi les saints orthodoxes d'occident, et celle de nos parrains spirituels les saints orthodoxes d'Orient agissant en synergie, nous conduisent au Royaume éternel du Père, du Fils et du Saint Esprit! Amen!

Claude Lopez-Ginisty

Je serais reconnaissant aux lecteurs qui ont connaissance d'icônes des saints mentionnés de me le faire savoir: claudelopezginisty@gmail.com

vendredi 18 avril 2014

Racines orthodoxes 5/18 avril

5 avril



+

Ton 2
Tropaire à saint Hégesippe, écrivain écclésiastique,
(Natalice en 180 A.D.)

Israélite vrai ayant suivi le Christ,*
Tu vins en Occident visiter les églises,*
Et vérifier l'uniformité de doctrine.*
Puis tu repartis pour la terre de Sion,*
Avant de t'endormir dans le sein d'Abraham.*
Saint Hégésippe, prie le Seigneur pour nos âmes!

+
+++++
+





Pour la date de la fête du saint, nous avons choisi la date du natalice (naissance au Ciel) plus traditionnelle dans l'Eglise Orthodoxe. Les tropaires de notre invention, sont rédigés en alexandrins non rimés, et peuvent se chanter sur les tons slaves habituels. Nous avons en Occident de nombreux intercesseurs locaux qui veillent aussi sur nous depuis des siècles. Beaucoup sont, hélas, complètement oubliés. Il est naturel que nous les célébrions conjointement avec les saints russes, grecs, serbes ou roumains qui ont ramené l'Orthodoxie sur nos terres. Souvent, les reliques bénies de ces saints abandonnés, ont, lorsqu'elles ont été vénérées et honorées d'une icône, manifesté la grâce de Dieu par le miracle du myrrhon.
Que les prières de nos pères dans la foi les saints orthodoxes d'occident, et celle de nos parrains spirituels les saints orthodoxes d'Orient agissant en synergie, nous conduisent au Royaume éternel du Père, du Fils et du Saint Esprit! Amen!

Claude Lopez-Ginisty

Je serais reconnaissant aux lecteurs qui ont connaissance d'icônes des saints mentionnés de me le faire savoir: claudelopezginisty@gmail.com

jeudi 17 avril 2014

racines orthodoxes 4/17 avril

4 avril

Святитель Амвросий Медиоланский
Fête de saint Ambroise de Milan

+


Ton 3
Tropaire à saint Isidore de Séville,
(Natalice en 636 A.D.)

Fils de parents nobles, vertueux et dévots,*
Frère de saint Léandre à qui tu succédas,*
Tu convertis les Goths à la foi orthodoxe.*
Erudit accompli de l'Eglise d'Espagne,*
Tu fus l'âme des Conciles de ton époque.*
Saint Isidore, prie le Seigneur pour nos âmes!

+

St Brigid.png

Ton 5
Tropaire à saint Tigernach,
évêque de Clogher,
(Natalice en 549 A.D.)

Filleul de sainte Brigitte qui fus reçu*
Dans l'Orthodoxie par saint Conleth de Kildare,*
Tu fus capturé par des pirates et donné*
Au roi anglais qui te confias au monastère*
A ton retour en Irlande, tu fus évêque.*
Saint Tigernach, prie le Christ de sauver nos âmes!

+
+++++
+





Pour la date de la fête du saint, nous avons choisi la date du natalice (naissance au Ciel) plus traditionnelle dans l'Eglise Orthodoxe. Les tropaires de notre invention, sont rédigés en alexandrins non rimés, et peuvent se chanter sur les tons slaves habituels. Nous avons en Occident de nombreux intercesseurs locaux qui veillent aussi sur nous depuis des siècles. Beaucoup sont, hélas, complètement oubliés. Il est naturel que nous les célébrions conjointement avec les saints russes, grecs, serbes ou roumains qui ont ramené l'Orthodoxie sur nos terres. Souvent, les reliques bénies de ces saints abandonnés, ont, lorsqu'elles ont été vénérées et honorées d'une icône, manifesté la grâce de Dieu par le miracle du myrrhon.

Que les prières de nos pères dans la foi les saints orthodoxes d'occident, et celle de nos parrains spirituels les saints orthodoxes d'Orient agissant en synergie, nous conduisent au Royaume éternel du Père, du Fils et du Saint Esprit! Amen!

Claude Lopez-Ginisty

Je serais reconnaissant aux lecteurs qui ont connaissance d'icônes des saints mentionnés de me le faire savoir: claudelopezginisty@gmail.com

mercredi 16 avril 2014

Racines orthodoxes 3/16 avril

3 avril

Fête de saint Joseph l'Hymnographe

+


Ton 4
Tropaire à saint Sixte I,
Pape orthodoxe, martyr,
(Natalice en 125 A.D.)

Tu devins évêque de la ville de Rome*
Et tu fus le Bon Pasteur des brebis du Christ,*
Les menant sûrement vers les chemins du Ciel,*
En les éclairant des vérités d'Evangile,*
Et tu donnas ta vie sur l'autel du martyre.*
Saint Sixte, prie Dieu pour le salut de nos âmes!

+

Ton 8
Tropaire à saint Urbice,
évêque de Clermont-Ferrand,
(Natalice au 2ème siècle)

Membre d'une grande famille de Clermont,*
Tu te joignis à la communauté chrétienne,*
Et devenu évêque, tu quittas ton épouse,*
Cependant, le Malin te fit chuter par elle.*
Lors tu partis au monastère et devins sage.*
Saint Urbice, prie le Seigneur de nous sauver!

+
+++++
+





Pour la date de la fête du saint, nous avons choisi la date du natalice (naissance au Ciel) plus traditionnelle dans l'Eglise Orthodoxe. Les tropaires de notre invention, sont rédigés en alexandrins non rimés, et peuvent se chanter sur les tons slaves habituels. Nous avons en Occident de nombreux intercesseurs locaux qui veillent aussi sur nous depuis des siècles. Beaucoup sont, hélas, complètement oubliés. Il est naturel que nous les célébrions conjointement avec les saints russes, grecs, serbes ou roumains qui ont ramené l'Orthodoxie sur nos terres. Souvent, les reliques bénies de ces saints abandonnés, ont, lorsqu'elles ont été vénérées et honorées d'une icône, manifesté la grâce de Dieu par le miracle du myrrhon.
Que les prières de nos pères dans la foi les saints orthodoxes d'occident, et celle de nos parrains spirituels les saints orthodoxes d'Orient agissant en synergie, nous conduisent au Royaume éternel du Père, du Fils et du Saint Esprit! Amen!

Claude Lopez-Ginisty

Je serais reconnaissant aux lecteurs qui ont connaissance d'icônes des saints mentionnés de me le faire savoir: claudelopezginisty@gmail.com

mardi 15 avril 2014

Racines orthodoxes 2/15 avril


2 avril

+

Ccross.svg

Tropaire à sainte Ebba,
higoumène de Coldingham,
(Natalice au 7ème siècle)

En toi, ô mère, ce qui est façonné à l'image de Dieu
a été préservé, car, après avoir pris ta croix,
tu as suivi le Christ, et par ton exemple
tu as enseigné que la chair
est à dédaigner comme passagère,
mais que l'âme doit être soignée comme immortelle.
C'est pourquoi, ô vénérable Ebba,
ton esprit se réjouit avec les anges.

source:
http://www.orthodoxengland.btinternet.co.uk/servebbo.htm

+

Cantercross.jpg

Ton 1
Tropaire à sainte Floberde, vierge,
(Natalice au 8ème siècle)

*
Voulant te consacrer dès ta prime jeunesse*
A la louange perpétuelle du Christ.*
En vierge sage, tu choisis l'Epoux Céleste,*
Tu Lui demeuras fidèle jusques au temps*
Où tu le rejoignis pour les noces mystiques.*
Sainte Floberde, prie le Seigneur pour nos âmes!

+

Ton 2
Tropaire à saint Nizioer, évêque de Lyon,
(Natalice en 573 A.D.)

Guéri par saint Martin de Tours dans ta jeunesse,*
Tu devins prêtre et puis évêque de Lyon,*
Pasteur charitable et père aimant pour tes ouailles,*
Tu continuas à travailler de tes mains.*
Et tu rejoignis paisiblement le Seigneur.*
Saint Nizier, prie le Seigneur de sauver nos âmes!

+

Cross-Flory-Heraldry.svg

Ton 3
Tropaire à saint Valéry, ermite à Leuconay,
(Natalice en 619 A.D.)

Jeune berger, tu appris le psautier par cœur,*
Tu fus moine au monastère de Saint-Antoine,*
Avant de rejoindre saint Anschaire à Luxeuil,*
Et tu devais succéder à saint Colomban,*
Mais tu partis créer Leucone en Picardie.*
Saint Valéry, prie le Christ pour notre salut!

+

St Brigid.png

Ton 3
Tropaire à saint Tewdric,
Prince de Glamorgan, puis ermite,
(Natalice au 6ème siècle)

Prince de Galmorgan, tu résignas ta charge,*
Laissant ton fils Meurig gouverner le pays.*
Puis tu allas à Tintern pour vivre en Ermite,*
Mais lors de l'invasion des Saxons, tu revins*
Et tu naquis au Ciel en défendant ton peuple.*
Saint Tewdric, prie le Christ d'avoir pitié de nous!

+

Flag of Scotland.svg

Ton 4
Tropaire à saint Longis,
higoumène de la Boisselière ( Maine)
(Natalice en 653 A.D.)

Tu naquis en Suisse de parents idolâtres,*
Tu t'enfuis en Auvergne pour vivre en chrétien,*
Devenu prêtre, tu t'installas dans le Maine,*
Convertissant des multitudes de païens,*
Et construisant un monastère pour le Christ.*
Saint Longis, supplie Dieu qu'Il ait de nous mercy!

+

Christian cross.svg

Ton 5
Tropaire à sainte Agneflète, vierge,
(natalice en 638 A.D.)

Voulant te consacrer entièrement à Dieu,*
Tu reçus de saint Longis le voile des vierges.*
Calomniée avec le saint homme du Seigneur,*
Dieu persuada le roi de votre innocence,*
Et tu finis ta vie à Saint-Côme-de-Vair.*
Sainte Agneflète, prie le Christ de nous sauver!

+
+++++
+





Pour la date de la fête du saint, nous avons choisi la date du natalice (naissance au Ciel) plus traditionnelle dans l'Eglise Orthodoxe. Les tropaires de notre invention, sont rédigés en alexandrins non rimés, et peuvent se chanter sur les tons slaves habituels. Nous avons en Occident de nombreux intercesseurs locaux qui veillent aussi sur nous depuis des siècles. Beaucoup sont, hélas, complètement oubliés. Il est naturel que nous les célébrions conjointement avec les saints russes, grecs, serbes ou roumains qui ont ramené l'Orthodoxie sur nos terres. Souvent, les reliques bénies de ces saints abandonnés, ont, lorsqu'elles ont été vénérées et honorées d'une icône, manifesté la grâce de Dieu par le miracle du myrrhon.

Que les prières de nos pères dans la foi les saints orthodoxes d'occident, et celle de nos parrains spirituels les saints orthodoxes d'Orient agissant en synergie, nous conduisent au Royaume éternel du Père, du Fils et du Saint Esprit! Amen!

Claude Lopez-Ginisty

Je serais reconnaissant aux lecteurs qui ont connaissance d'icônes des saints mentionnés de me le faire savoir: claudelopezginisty@gmail.com