"A notre époque de confusion quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 13 juin 2010

Office de la Slava


Slava table

Prêtre: Béni est le Seigneur, en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Lecteur: Amen.

Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous! (Ter)

Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit,
maintenant et toujours et aux siècles des siècles.
Amen!

Très Sainte Trinité, aie pitié de nous,
Seigneur, purifie-nous de nos péchés,
Maître, pardonne nos iniquités,
Saint, visite-nous et guéris nos infirmités à cause de Ton Nom!

Kyrie eleison (Ter)

Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit,
maintenant et toujours et aux siècles des siècles.
Amen!


Notre Père qui es aux cieux, que Ton Nom soit sanctifié, que Ton règne vienne, que Ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain substantiel, Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du Malin.

Prêtre: Car à toi est le règne, la puissance et la gloire, Père et du Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Lecteur: Amen.

Puis le tropaire et le kondakion, hymnes faisant l'éloge du (de la) saint(e), qui est commémoré(e) sont chantés.

Prêtre: Prions le Seigneur.

Lecteur: Kyrie eleison.

Prêtre: Seigneur, tu as créé toutes choses par Ta Parole, et Tu as ordonné à la terre de produire des fruits différents pour notre plaisir et notre nourriture, Tu as fait en sorte que les trois jeunes gens et Daniel qui se nourrissaient de semences à Babylone avaient des visages plus radieux que ceux qui avaient grandi dans le luxe; bénis Toi-même, ô Roi Miséricordieux, ce blé auquel divers fruits ont été ajoutés, et sanctifier les fidèles qui en mangeront, car Tes serviteurs ont offert ceci pour Ta gloire et en l'honneur de saint(e) (ici le nom du Saint (de la) honoré(e) est mentionné(e) dont nous honorons la mémoire aujourd'hui, et de tous les saints.

Car Tu es Celui Qui bénit et sanctifie tout et tous, ô notre Seigneur, et nous t’offrons des louanges à Toi, le Dieu sans commencement, avec Ton Fils unique et Ton Très Saint et vivifiant Esprit maintenant et toujours et dans les siècles et des siècles.

Lecteur: Amen.

Le prêtre encense le pain et toutes les personnes présentes. Puis il prend le pain (kolach), et le bénit ainsi que le récipient contenant du vin trois fois, en disant:

Prêtre: Ô Jésus-Christ, notre Dieu et Seigneur, bénis ce pain et ce vin par ton Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. (Ter)

Lecteur: Amen. (À chaque fois)

Le prêtre levant le pain, prie:

Prêtre: Nous offrons ceci, ô notre Dieu et Seigneur, pour la gloire et l'honneur de Ton Saint à cause de son (le nom du Saint honoré est mentionné) et par son intercession, accepte, ô Très Miséricordieux, cette offrande à Ton Autel Céleste.

Le prêtre retourne le pain, il coupe en travers en forme de Croix, et verse du vin sur cette entaille en disant: Au nom du Père (Amen), et du Fils (Amen), et du Saint Esprit (Amen), maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles (Amen). Puis le prêtre se retourne le pain, et lui et l'hôte tiennent le pain et le font tourner, tandis que les hymnes suivantes sont chantées:

Lecteur ou Prêtre: ô saints martyrs, qui, courageusement, avez souffert et avez reçu l'honneur et qui avez été couronnés, suppliez le Seigneur d'avoir pitié de nos âmes.

Gloire à Toi, ô Christ Dieu, louange des Apôtres, joie des martyrs de joie; l'objet de leur prédication est la Trinité consubstantielle.

Réjouis-toi, Isaïe, une Vierge a enfanté, et Elle a donné naissance à un Fils, Emmanuel, Qui est à la fois Dieu et homme ; Orient est Son Nom et en L'honorant nous Te bénissons, ô Vierge.

Après cela, le prêtre et l'hôte rompent le pain (kolach) en deux. Tenant les deux moitiés ensemble, le prêtre et l'hôte baisent le pain (kolach) trois fois, en alternant les deux moitiés, et chaque fois que le prêtre dit:

Prêtre: le Christ est au milieu de nous!

Et l'hôte et sa famille répondent:

Famille: Il est et Il Le sera! (À chaque fois)

Lecteur ou prêtre: Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit.

Par l'intercession de saint(e) (ici le nom du (de la) saint(e) honoré(e) est mentionné), ô Miséricordieux, efface la multitude de nos péchés.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Par l'intercession de la Mère de Dieu, ô Miséricordieux, efface la multitude de nos péchés.

Aie pitié de nous, ô Dieu, selon Ta grande miséricorde et, selon Ton immense bonté, efface nos péchés.

Aujourd'hui, la grâce de Dieu nous a réunis et, après avoir pris Ta croix nous disons: «Béni est Celui Qui vient au Nom du Seigneur. Hosanna au plus haut des Cieux!

Prêtre: Aie pitié de nous selon ta grande miséricorde, nous t'en supplions, écoute et aie pitié.

Lecteur: Kyrie eleison. (Ter)

Prêtre: Nous Te prions encore pour notre très saint Patriarche (Nom) et pour notre évêque (Nom) et pour nos frères en Christ.

Lecteur: Kyrie eleison. (Ter)

Prêtre: Nous Te prions encore pour cette maison et pour tous ses habitants (Noms) qui perpétuent cette coutume pour la gloire et l'honneur de Ton saint (Ta sainte) ( Nom).

Lecteur: Kyrie eleison. (Ter)

Prêtre: Car tu es un Dieu miséricordieux et Ami des hommes et nous Te rendons gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Lecteur: Amen.

Prêtre: Sagesse! Très Sainte Mère de Dieu, sauve-nous!

Lecteur: Plus honorable que les Chérubim et incomparablement plus glorieuse que les Séraphim, qui sans corruption a enfanté Dieu le Verbe, toi qui es vraiment Mère de Dieu, nous te magnifions.

Prêtre: Gloire à Toi, ô Christ Dieu, notre espérance, gloire à toi.

Lecteur: Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Kyrie eleison. (Ter)

Père, bénis!

Le prêtre récite la prière de congé et souhaite alors de nombreuses années ( vietchnaya Pamiat’/ Ad Multos Anos):

Prêtre: Accorde, Seigneur, à cette maison et à tous ceux qui y vivent, la paix, la santé, l'amour et Tes bénédictions pendant de nombreuses années.

Lecteur: Dieu, accorde-leur de nombreuses années. (Ter) Les fidèles présents peuvent aussi chanter le Vietchnaya Pamiat’

Qu'est-ce que la Slava Krsna?

En réalité, le Slava serbe c'est l'anniversaire de famille serbe et la fête onomastique ( Fête du nom du saint dont on porte le nom) de la famille dans l'esprit de notre Seigneur Jésus Christ et dans l'esprit de notre sainte foi chrétienne orthodoxe. Pour cette raison, les mots: "Krsno Ime" ( Ime= nom) donne un sens encore plus proche. La Slava est le nom du saint patron. Chez le peuple serbe, la Slava est aussi ancienne que le christianisme lui-même. Aucune nation chrétienne n’a ce type de célébration, si ce n’est les Serbes orthodoxes. Pour une famille serbe, la Slava est aussi importante que la fête de la Nativité, ou celle de Pâques.

Lors de leur conversion à la sainte foi orthodoxe, les missionnaires chrétiens orthodoxes parmi les Serbes, ont aussi christianisé leurs coutumes. En devenant chrétiens orthodoxes, les Serbes ont accepté le(s) saint(s) du jour où ils ont été baptisés. L'exemple vivant du saint patron donnait à celui qui le célébrait l'assurance, la persistance et le sentiment de protection, de soutien et d'encouragement à faire du bien dans sa vie. Pour le rendre encore plus présent spirituellement, la Sainte Eglise orthodoxe, parce que c'est la communion des saints et le Corps du Christ dans lequel le Christ demeure par le saint patron, a fait participer la famille à cette communion d'une manière plus directe et concrète dans cet office.

Dans la culture orthodoxe serbe, la Slava est un élément unique présent sans interruption durant toute l'histoire du peuple serbe orthodoxe. Etant situé dans la région géographique entre l'Orient et l'Occident, entre des cultures exotiques pour eux (l'islam et le catholicisme romain), et soumis pendant des siècles par l'esclavage, la Slava pour les Serbes est devenue un jour férié spirituel identifié avec leur nom orthodoxe et leur spécificité orthodoxe. Dans l'histoire du peuple serbe orthodoxe, la Slava a résisté avec succès au prosélytisme religieux catholique romain avec la persécution de l'Occident, à l'esclavage religieux islamique et à sa brutalité pendant des siècles.

La célébration de la Slava est faite aussi par des organisations culturelles et sociales, des villes et même des unités militaires. En plus des parents, des parrains et amis qui sont réunis ce jour-là, la maison est ouverte à tous ceux qui viennent. Les émotions des célébrants sont chargées des plus nobles motifs. Ils ont une volonté et un désir d'accueillir et d'offrir le meilleur dans l'amitié, la nourriture, la boisson, et tout est prêt et préparé dans la prière. L'hôte ne siège pas ce jour-là. Son devoir est d'accueillir et de servir, "Da sluzi Krsno Ime » ( Pour servir le nom de Baptême). Il existe de nombreux "zdravica belle " (toasts) prononcés et entendus ce jour-là par l'hôte et les invités en invoquant les bénédictions de Dieu et des saints orthodoxes et on échange les meilleurs voeux pour l'autre. C'est un jour de réjouissance spirituelle.

Dans la maison, vous trouverez un cierge, le "kolach slavski" (pain de la slava) et le "koljivo" (blé) sur la table avec l'icône du saint patron sur le mur Est de l'une des chambres avec une lampade. Ceci est l'autel familial. Le cierge "sveca" de Slava est allumé et brûle en l'honneur et en mémoire du saint patron. Le cierge n'est jamais éteint en le soufflant, mais éteint avec du vin. Le verre de vin même est alors passé dans le cercle de famille et chaque membre en prend une gorgée et, partant, la continuité de la Slava est symbolisée. Le "kolač" (pain) symbolise le Christ et Sa présence (le Pain de Vie), tandis que le koljivo "(blé) est servi en mémoire des membres défunts de la famille qui sont mentionnés au cours du service de coupe de la" slavski kolach "(pain de slava). Ainsi, la génération actuelle est en communion, avec la génération précédente et celles à venir. Le parfum de l'encens remplit la maison, associant nos sens au sentiment de cette occasion festive et unique. Tout ceux qui sont présents deviennent un et la personnalité de toutes les personnes présentes, corps, âme, et esprit et participe pleinement à cette communion.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
http://www.orthodox.net/services/serbian-slava-service.html

crédit photo:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire