"A notre époque de confusion quand une centaine de voix contradictoires prétend parler au nom l'Orthodoxie, il est essentiel de savoir à qui on peut faire confiance. Il ne suffit pas de prétendre parler au nom de l'Orthodoxie patristique, il faut être dans la pure tradition des saints Pères ... "
Père Seraphim (Rose) de bienheureuse mémoire

dimanche 26 avril 2015

Acathiste à notre Mère parmi les saints Begge d’Andenne

Loisirs Procession Sainte Begge
Buste reliquaire de sainte Begge
fête le 17/30 décembre

Kondakion 1
Fille illustre de Pépin de Landen et d’Itte sa pieuse épouse,* Tu eus pour sœur sainte Gertrude, future higoumène de Nivelles.* Tu reçus avec elle de votre mère aimante et dévote* Une belle éducation chrétienne qui te conduisit vers le Christ,* Et nous, sur terre, te disons à présent avec admiration:
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Ikos 1
Dès l’enfance tu cheminas sûrement vers le havre du salut de l’Eglise* Vivant pieusement selon les préceptes du saint Evangile.* Prenant de fermes racines au Ciel,* En sachant que cette vie du siècle,* N’est qu’un prélude à la Vie Eternelle du Royaume.* C’est pourquoi nous chantons vers toi :
Réjouis toi, bourgeon qui sera fleur au jardin de l’Eglise,
Réjouis toi, floraison aux fragrances pures,
Réjouis toi, courtil naissant qui portera de nombreux fruits,
Réjouis toi, verger des multiple vertus du christianisme,
Réjouis toi, petite allée qui mène vers le Paradis,
Réjouis toi, subtile hélianthe tournée vers l’Autre Soleil,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 2
Alors que ta sœur Gertrude refusant un brillant mariage * Se consacra à Dieu en devenant moniale,* Tu épousas Anségise, fils de saint Arnould de Metz,* Et tous deux vous êtes allés vivre à Chèvremont.* Or Dieu bénissant votre union par un fils, vos voix s’unirent pour lui rendre grâces en disant : Alléluia !

Ikos 2
Votre fils fut baptisé sous le nom de son illustre aïeul Pépin,* Mais malgré les enseignements de piété que tu lui donnas,* Il s’égara plus tard dans les passions qui firent la perte du roi Salomon.* Hélas, l’amour et la piété ne sont pas un héritage,* Mais tous deux se façonnent par une vie exemplaire* Ancrée dans l’Ecriture, à l’image de ta vie.* pieuse Begge, nous te clamons :
Réjouis-toi, épouse du fils du grand saint Arnould de Metz,
Réjouis-toi, sœur de sainte Gertrude abbesse de Nivelle,
Réjouis-toi, qui sus mettre à profit les leçons de ces saints,
Réjouis-toi, imitatrice des héros de la vraie foi,
Réjouis-toi, image des hérauts de la Sainte Ecriture,
Réjouis-toi, modèle impeccable de grâce et de vertu,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 3
Ton pieux et bon époux Anségise, comme plus tard le grand saint Hubert,* Aimait à se distraire en allant chasser dans les bois.* Or un jour, revenant d’une journée passée à la chasse, *Il découvrit au pied d’un arbre, un nouveau-né abandonné.* Emu de compassion pour cet être fragile, il décida de l’adopter, louant Dieu en disant : Alléluia !

Ikos 3
Anségise se souvenait de la Parole du Sauveur* Qui avait dit, parlant des enfants :* Tout ce que vous ferez au moindre de mes frères,* C’est à moi que vous le ferez !* Il prit l’enfant et l’enmena dans son palais. * C’est alors que tu prophétisas qu’il serait une pierre d’achoppement pour la paix du royaume.* Mais obéissante à ton époux, tu décidas de l’élever avec lui, comme ton propre fils.* Et nous te chantons :
Réjouis-toi, que le Christ jugea digne de révélations,
Réjouis-toi, qui dans ton cœur entendit la voix du Seigneur,
Réjouis-toi, qui soutins ton époux en toutes circonstances,
Réjouis-toi, qui acceptas toute épreuve venant de Dieu,
Réjouis-toi, qui te soumis toujours à Sa volonté sainte,
Réjouis-toi, modèle pur et parfait de l’obéissance,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 4
Comme l’enfant n’était pas encore baptisé, tu le tins avec ton époux* Sur les fonts baptismaux qui le firent entrer* Dans le bercail des brebis du Christ, sous le nom de Gondouin* Et joignant ta voix à celle de ton charitable époux, tu chantas vers Dieu : Alléluia !

Ikos 4
Devenu adulte, cet enfant se distingua particulièrement dans les exercices militaires,* Mais, esprit fourbe et malsain, sans reconnaissance* Pour l’acte charitable de son père adoptif, ton époux,* Il se mit à envisager froidement la perte  de celui qui lui tenait lieu de père.* Tu avais prophétisé, à sa venue qu’il amènerait la malheur,* Mais tu avais approuvé la noble action de ton époux et nous te disons :
Réjouis-toi, toi qui dans les épreuves ne fléchis jamais,
Réjouis-toi, toi qui cheminas toujours sur la voie du Ciel,
Réjouis-toi,  toi dont le regard était fixé sur le Christ,
Réjouis-toi, toi qui es l’exemple de la confiance en Dieu,
Réjouis-toi, toi qui fus un modèle de fidélité,
Réjouis-toi, toi qui es une inspiration pour nous les faibles,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 5
Accompagnant Anségise à la chasse,* Ayant auparavant préparé son crime abominable de parricide,* A l’aide de complices choisis, il l’assassina,* Et il alla vers Chèvremont pour s’emparer de  ses biens* Et, t’épousant, légitimer son forfait aux yeux du monde.* Mais Dieu ne permit pas que l’inceste fût ajouté au crime,* Et nous chantons vers Lui : Alléluia !

Ikos 5
Avertie de ce drame affreux, tu te tournas vers le Ciel,* Et, en pleurs, tu imploras le Seigneur de t’aider à fuir.* Tu sortis de Chèvremont et tu descendis vers la Vesdre.* Mais tu ne savais comment franchir cette frontière d’eau* Qui te livrait à l’assassin de ton époux.* Ton âme fit appel au Dieu de bonté, et Il te fit voir une douce biche qui traversait un endroit à gué.* Emerveillés par la confiance que tu mettais en Christ, nous te disons :
Réjouis-toi, qui dans une grande épreuve restas en Dieu,
Réjouis-toi, tu retrouvas la bonne odeur du Paradis,
Réjouis-toi, que sauvas la biche envoyée par le Seigneur,
Réjouis-toi, qui traversas la vie évitant le péché,
Réjouis-toi. qui jamais ne fus abandonnée par le Christ,
Réjouis-toi, fille d’Eve protégée par la Toute Pure,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 6
Te protégeant par le signe de la Croix Vénérable,*  Tu franchis la rivière comme la biche,* Et tu parvins bientôt à te réfugier en Hesbaye dans un des domaines de ta famille* Qui devint ton asile et te protégea du meurtrier.* Parvenue hors de son atteinte, tu t’exclamas vers Dieu : Alléluia !

Ikos 6
Ton époux trouva le fils adoptif qui allait devenir son assassin,* En poursuivant à la chasse un grand cerf.* Ce fut une tendre biche qui te sauva des rêts de son meurtrier,* En te montrant comment lui échapper par le gué de la rivière.* La perte de ton tendre compagnon devant Dieu, * Te fit t’engager plus avant sur le chemin du Ciel.* Et nous te clamons :
Réjouis-toi, ton chagrin immense n’affecta pas ta foi,
Réjouis-toi, tu savais que cette vie est comme un instant,
Réjouis-toi, tu savais que lui succède l’Eternité,
Réjouis-toi, désormais tu vécus pour ton Epoux Céleste,
Réjouis-toi, le monde d’en Haut  remplaça notre monde,
Réjouis-toi, pèlerine du Très Haut dans le temps du siècle,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 7
Tu te retiras à Seilles sur la rive de la Meuse,* Abandonnant à Chèvremont ton fils Pépin qui punit l’assassin de son père.* Tu décidas alors de te rendre en pèlerinage à Rome* Pour y vénérer les lieux saints de cette ville.* Et ton cœur clama vers Dieu : Alléluia !

Ikos 7
A Rome, pérégrinant de lieu saint en lieu saint,* Tu fus reçue par le Pape orthodoxe Adéodat, deuxième du nom,* Bienveillant  et charitable envers les pauvres, fier combattant contre le monothélisme.* Et mettant tes pas dans les traces des saints martyres des persécutions,* Tu affermis ton âme pieuse dans la résolution de te consacrer à Dieu,* Et nous t’adressons ces louanges :
Réjouis-toi, qui honoras les fondateurs de nos églises,
Réjouis-toi, qui vénéras des martyrs les saintes reliques,
Réjouis-toi, qui sus imiter dans ta vie leurs saints exemples,
Réjouis-toi, pèlerine du Paradis sur notre terre,
Réjouis-toi, voyageuse fervente du monde à venir,
Réjouis-toi, borne de l’Eden sur la terre des humains,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 8
Tu rapportas de Rome les précieuses reliques qui te furent offertes.* Parmi elles, il y avait celle insigne de la Croix vénérable et précieuse.* Sur laquelle fut crucifié pour notre salut* Notre Seigneur Jésus–Christ vers lequel nous clamons tous à pleine voix : Alléluia !

Ikos 8
De retour en Belgique, tu te rendis à Nivelles :* Là, tu séjournas un temps dans le couvent qu’avait fondé ta pieuse sœur Gertrude.* Ta parente dévote avait déjà quitté l’exil de cette terre* Pour rejoindre la céleste patrie des chrétiens, et son Epoux mystique.* Tu y rencontras l’higoumène, et tu lui demandas de te conseiller pour fonder un monastère,* Devant ta résolution sacrée, nous te disons :
Réjouis-toi, qui te rendis où ta sœur partit pour les Cieux,
Réjouis-toi, qui a pris ici-bas le chemin qu’elle prit,
Réjouis-toi, elle te précéda et toi tu la suivis,
Réjouis-toi, tu fus sa sœur par la chair et sa sœur en Christ,
Réjouis-toi, foi immarcessible que rien ne peut troubler,
Réjouis-toi, fidélité qui n’a d’égale que ton zèle,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 9
Ayant décidé de construire un monastère de moniales,* En l’honneur de la Mère de Dieu Très Pure,* Avec les prières et les conseils de l’higoumène de Nivelles,* Et l’aide de certaines de ses filles qu’elle te confia,* Tu entrepris de construire les bâtiments sur la colline de Seilles.* Elevant vers le Dieu d’Amour, cet éternel chant de louange : Alléluïa !

Ikos 9
Mais malgré la joie des moniales de se trouver en présence* De la sœur de sainte Gertrude qu’elles vénéraient grandement,* Et leurs ferventes prières accordées aux tiennes vers l’Autel du Père des Lumières,* Les murs, à peine érigés, s’écroulaient immédiatement!* Tu poursuivis donc ta prière instante, et nous te disons :
Réjouis-toi, oraison ineffable devant le Seigneur,
Réjouis-toi, acceptation totale de la Providence,
Réjouis-toi, conviction inébranlable du Saint Amour,
Réjouis-toi, fermeté sans faille dans la confiance en Dieu,
Réjouis-toi, crucifixion de la volonté personnelle,
Réjouis-toi, accueil de tout ce qui est envoyé du Ciel,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 10
Voyant un signe divin dans le fait que les murs tombaient en ruines sans discontinuer,* Tu patientas, attendant que Dieu se manifeste pour te dire Sa volonté.* Redoublant de prière et d’ascèse avec les moniales confiées à ta sainte garde,* Tu te tins à l’orée de la sentence de Dieu,* Sans cesse en oraison et clamant vers Lui : Alléluia !

Ikos 10
C’est alors que Dieu se servit d’un simple porcher* Pour t’instruire de Sa Sainte volonté concernant ton projet :* Recherchant une de ses bêtes qui avait échappé à sa vigilance,* L’homme entendit une voix qui lui dit par trois fois: « C’est ici que le vœu de Begge pourra s’accomplir pour la construction de son monastère ! »* Emerveillés par la sollicitude de Dieu à ton égard, nous t’adressons ces louanges :
Réjouis-toi, à qui sait attendre, Dieu se met à parler,
Réjouis-toi, tu attendis en prière et il répondit,
Réjouis-toi, qui savais qu’Il n’abandonne jamais les hommes,
Réjouis-toi, qui compris que Ses voies étaient impénétrables,
Réjouis-toi, qui ne raisonnas point pour percer ce mystère,
Réjouis-toi, qui acceptas Ses décrets en bénédictions,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 11
Ayant été averti par le porcher de la triple manifestation de la volonté divine,* Tu décidas donc de construire ton monastère sur la rive gauche de la Moselle.* Ayant pour appui les Paroles du Ciel, et pour fondations la volonté divine,* Les murs de la maison de la Mère de Dieu s’élevèrent solidement cette fois,* Tandis que ta communauté chanta vers Dieu en action de grâce : Alléluia !

Ikos 11
En souvenir de ton pèlerinage à Rome, tu fis construire sept chapelles,* Comme les sept basiliques où tu avais pérégriné dans la ville sainte.* Et tu te fis moniale toi-même, et ton monastère devint un lieu saint* Où tu rendis à Dieu ton âme bénigne après deux années passées* A poursuivre le service de Sa gloire sur la terre des vivants.* Et nous qui te vénérons à présent, avec tous les saints de l’Eglise du Christ, nous te chantons :
Réjouis-toi, qui à l’humilité ajouta la ferveur,
Réjouis-toi, architecte patiente des Maisons du Ciel,
Réjouis-toi, qui fis jaillir de terre des havres saints,
Réjouis-toi, qui semas la Grâce sur les rives de Meuse,
Réjouis-toi, qui permis à la louange d’avoir un lieu,
Réjouis-toi, qui fis résonner le chant pour Dieu dans ses murs,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 12
Tu mourus en moniale, dans la paix du Christ,* Car tu avais achevé par ton labeur, ton ascèse et ta prière, l’œuvre sainte de ta vie,* Et non seulement ton monastère fut prospère, mais il fut à l’origine de la fondation de la ville d’Andenne.* C’est pourquoi, reconnaissants pour la grâce qu’il nous fit par toi, nous chantons vers Dieu: Alléluia !

Ikos 12
Tu fus bientôt honorée par l’Eglise de Dieu,* Et ta vénération fit naître un flot de miracles incessants auprès de tes reliques.* Par la grâce de Dieu manifestée dans ton intercession,* Les malades venus vénérer tes restes sacrés,* Furent délivrés de leurs maux et te clamèrent avec reconnaissance :
Réjouis-toi, notre prière écoutée au Trône Divin,
Réjouis-toi, notre intercession fervente auprès du Seigneur,
Réjouis-toi, notre secours dans toutes les tribulations,
Réjouis-toi, mère dont nous devenons en Christ les enfants,
Réjouis-toi, notre source incessante de bénédictions,
Réjouis-toi, qui poursuis ton œuvre après ta naissance au Ciel,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 13
A ton tombeau, les bénédictions du Dieu de bonté et de miséricorde,* Comme d’une source pure et bienfaisante se déversèrent longtemps* Sur les fidèles qui honoraient dans ta mémoire sacrée,* Ta vie fut toujours accordée à la foi droite* Qui est notre trésor sur la terre des vivants,* Et notre assurance du Royaume Céleste à venir,* Où résonne à jamais la louange incessante des élus vers leur Créateur : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !
(Ce kondakion est répété 3 fois)

Ikos 1
Dès l’enfance tu cheminas sûrement vers le havre du salut de l’Eglise* Vivant pieusement selon les préceptes du saint Evangile.* Prenant de fermes racines au Ciel,* En sachant que cette vie du siècle,* N’est qu’un prélude à la Vie Eternelle du Royaume.* C’est pourquoi nous chantons vers toi :
Réjouis toi, bourgeon qui sera fleur au jardin de l’Eglise,
Réjouis toi, floraison aux fragrances pures,
Réjouis toi, courtil naissant qui portera de nombreux fruits,
Réjouis toi, verger des multiple vertus du christianisme,
Réjouis toi, petite allée qui mène vers le Paradis,
Réjouis toi, subtile hélianthe tournée vers l’Autre Soleil,
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

Kondakion 1
Fille illustre de Pépin de Landen et d’Itte sa pieuse épouse,* Tu eus pour sœur sainte Gertrude, future higoumène de Nivelles.* Tu reçus avec elle de votre mère aimante et dévote* Une belle éducation chrétienne qui te conduisit vers le Christ,* Et nous, sur terre, te disons à présent avec admiration:
Réjouis-toi, sainte et admirable Mère Begge d’Andenne !

PRIERE A SAINTE BEGGE
Ô sainte Begge, vivant chemin d’humilité et d’obéissance à notre Dieu, prie pour nous le Christ pour qu’Il nous guide dans l’adversité et l’épreuve, comme Il le fit pour toi.
Implore-Le, de faire que toujours, malgré notre faiblesse et notre indignité, à ton imitation nous sachions entendre Sa voix, et respecter Sa volonté pour notre vie, afin que nous parvenions un jour à entrer dans Son Royaume, où ne cesse jamais la joie ineffable de ceux qui L’aiment et Le loue, maintenant et toujours, et aux siècles des siècles : Amen !

*
Acathiste composé pour la gloire de Dieu
Et de notre Mère parmi les saints
Sainte Begge d’Andenne
par
Claude Lopez-Ginisty
*
Fin et gloire à Dieu !
*

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire